Les 7 marchés prioritaires utilisateurs de matériaux avancés

Nous avons identifié 7 principaux marchés pour lesquels œuvrent nos membres des industries de transformation des matériaux :

  • les équipements pour l’industrie,
  • l’emballage et l’industrie graphique,
  • le bâtiment et l’habitat,
  • la santé,
  • les transports et la mobilité,
  • la protection et le bien-être de la personne,
  • les arts de la table et les équipements de la maison.
Les matériaux au service du marché des équipements pour l’industrie

Le marché des équipements pour l’industrie présente notamment de nouveaux débouchés pour les textiles techniques haute performance et les matériaux fonctionnalisés, que nous avons identifiés pour 6 segments prioritaires : la filtration, l’énergie (efficacité, stockage et transport), l’électronique, l’industrie graphique, l’événementiel, l’agriculture et agro-industrie.

Les innovations et développements de ce marché s’emparent de multiples sujets :

  • la performance thermique haute ou basse températures,
  • les médias filtrants à haute surface spécifique,
  • l’allègement et le renforcement,
  • les matières biosourcées haute performance,
  • les composites haute performance,
  • le recyclage,
  • le prototypage,
  • le design et la personnalisation,
  • l’intégration de capteurs,
  • la traçabilité.

Nous travaillons sur le sujet des équipements pour l’industrie en collaboration avec des donneurs d’ordres comme Dunkerque LNG (terminal méthanier) ou Enedis (réseau d’électricité), et ouvrons ces réflexions à nos entreprises membres via des « Journées Grands Comptes ».

Les matériaux au service du marché de l’emballage et de l’industrie graphique

Les attentes des industriels de l’emballage-packaging sont fortes en termes d’innovations et de nouveaux matériaux, au regard des les législations de plus en plus contraignantes (France et Europe) et des grands enjeux environnementaux (recyclage, alternatives aux ressources fossiles, lutte contre la pollution des océans…). Sans oublier les attentes des consommateurs finaux, qui demandent la praticité et la fonctionnalité des packagings.

« Sans attendre 2050, les consommateurs d’aujourd’hui souhaitent des emballages plus lisibles qui s’ouvrent, se referment plus aisément et qui, une fois utilisés sont plus facilement recyclables à l’infini… » • Fabrice Peltier, L’emballage à l’aube de sa révolution (octobre 2018)

schema-emballages-primaires-secondaires-tertiaires

Les innovations matériaux pour l’emballage concernent prioritairement 2 des 3 segments du marché : les emballages primaires (alimentation, cosmétiques, pharmaceutique, produits techniques) et les emballage secondaires.

Si les nouveaux plastiques sont en plein essor (plastiques à base de ressources naturelles ou bien recyclées), les travaux de recherche & développement (R&D) du secteur e concernent bien l’ensemble des matériaux d’emballage.

Les enjeux actuels sont autant d’opportunités pour les industriels et les marques de se renouveler et d’imaginer la nouvelle consommation de demain, autour des sujets :

  • de production sous facteurs environnementaux : ressources / énergie / zéro déchet / recyclabilité / RSE,
  • de réduction des coûts,
  • de sécurisation, de personnalisation, de traçabilité, d’inviolabilité, des témoins de contrôle,
  • du recul de la date limite de consommation (DLC),
  • de la santé (ex : perturbateurs endocriniens),
  • de la communication et du marketing.

Sans impression, peu d’emballages ! Nous associons au secteur de l’emballage l’industrie graphique et l’imprimerie.

Le secteur de l’imprimerie est confronté à la fois à des contraintes de nature industrielle (évolutions technologiques, obligations environnementales…) et de nature économique (forte concurrence étrangère, dématérialisation des contenus…). Les imprimeurs tentent de se repositionner sur des prestations à forte valeur ajoutée (diversification dans la gestion de données numériques, orientation vers la presse haut de gamme, conseil en création et communication…).

Les principales problématiques qui touchent actuellement les imprimeurs sont :

  • la concurrence du numérique ;
  • les conditions d’utilisation des produits indispensables à leur activité (produits à base de solvants) ;
  • la collecte et l’élimination des déchets (emballages en plastique, en carton ou en bois, déchets de façonnage et d’emballages, encres, vernis, solvants, films, plaques) ;
  • les rejets aqueux dans le milieu naturel ;
  • les émissions de composés organiques volatiles (COV) – plutôt sur les grands sites de production.

Pour répondre aux challenges de l’emballage et de l’industrie graphique, les entreprises doivent innover et faire évoluer leurs pratiques, à l’instar des projets EIPIT, DECOUVERRE, DrawSpeedGlass, Terafood ou CrispyPack.

Les matériaux au service du marché du bâtiment et de l’habitat

Le bâtiment est l’un des premiers secteurs économiques français, représentant 170 milliards d’euros, 1,4 million de salariés et 536 000 entreprises ; ce qui place la France en tant que leader européen de la construction. (Source : 14ème étude « European Powers of Construction »)

Sur le plan du développement durable, le secteur de la construction représente 40 % des émissions de CO2, ce qui induit le remplacement progressif des matériaux classiques par de nouveaux matériaux qui améliorent le bilan carbone des bâtiments, en lien avec le recyclage, la qualité de l’air et des rejets, et les matériaux à base ressources végétales… sans oublier la résistance aux intempéries & autres dérèglements climatiques.

Les innovations et développements du bâtiment et de l’habitat traitent des sujets suivants :

  • isolation / régulation thermique et phonique / étanchéité,
  • résistance aux intempéries et dérèglements climatiques,
  • matériaux à base de ressources végétales,
  • recyclage,
  • qualité de l’air et des rejets,
  • dépollution des sols,
  • bassins de rétention,
  • structures végétalisées,
  • intégration de capteurs dans les structures,
  • captation de l’énergie solaire,
  • protection au feu,
  • remplacement des composés à risque pour la santé / allergies,
  • design et personnalisation.

Nous avons pour ce marché identifié 4 segments prioritaires d’innovation pour nos membres : les revêtements, les membranes d’isolation et d’étanchéité, les structures (tendues et protection solaire…), la ventilation.

Nous nous impliquons notamment dans le groupe de travail « Habitat bio-inspiré » piloté par le Ceebios, et entretenons des relations avec plusieurs donneurs d’ordres comme Saint-Gobain, Soprema, LR, Castorama, Rabot-Dutilleul…

Parmi les projets que nous avons accompagnés pour le marché du bâtiment et de l’habitat, citons SILENCIO et ISOLPAC.

Les matériaux au service du marché de la santé

La Direction générale des entreprises (DGE) présente ainsi les industries de santé :

« Les industries de santé constituent une filière stratégique au chiffre d’affaires global de plus de 65 milliards d’euros et comptant 211 000 emplois directs. Autour de l’objectif commun de santé, elles rassemblent le médicament humain et vétérinaire, le dispositif médical et le diagnostic in vitro.

La filière est composée d’entreprises très hétérogènes aux grandes potentialités de recherche et d’innovation. Le secteur pharmaceutique comprend de grands groupes nationaux et internationaux, mais également de petites et moyennes entreprises de chimie et de façonnage pour la production des médicaments ; les grossistes-répartiteurs et les logisticiens dépositaires, concernant la distribution des médicaments, sont principalement des PME. Par ailleurs, parmi les 820 entreprises ayant des activités de R&D et/ou de production de dispositifs médicaux et de dispositifs de diagnostic in vitro, 94 % sont des PME/ETI de moins de 250 salariés. »

Les nouveaux matériaux sont prioritairement utilisés pour les segments suivants : dispositifs médicaux, équipements textiles hospitaliers, soin et hygiène, e-santé, textiles hospitaliers.

L’enjeu ? Répondre au vieillissement de la population en développant des produits et des services répondant aux enjeux de la silver économie, des attentes des citoyens et des professionnels de santé. Cela se traduit en plusieurs pistes pour la conception de nouveaux matériaux :

  • Traçabilité
  • Aide au maintien
  • Compound biocompatible
  • Greffage principes actifs contrôlés
  • Instrumentation des textiles
  • Produits d’hygiène éco-conçus
  • Recyclabilité articles à usage unique
  • Personnalisation
  • Confort / chaleur

Nous coopérons avec Clubster NSL et Eurasanté sur le marché de la santé et les dispositifs médicaux, notamment au travers du projet MDTex.

Autres exemples de projets “santé” : AUTOTHERM² et TEXTRONIC (développement de produits et de procédés d’intégration d’électronique dans les vêtements et dispositifs médicaux textiles).

Les matériaux au service du marché des transports et de la mobilité

On compte toujours plus de déplacements : le nombre de voyageurs aériens a augmenté de 7,2 % en un an, il n’y a jamais eu autant de voitures sur Terre (253 millions de voitures pour 512,6 millions d’habitants en Europe), et un Français actif passe en moyenne 7h12 par semaine dans les transports (tous transports confondus). [Source : une très belle infographie ADEME en partenariat avec Qu’est-ce qu’on fait ?!]

Nous relevons pour ce marché des transports et de la mobilité des enjeux de santé, d’environnement ainsi que des sujets de performance, tels que la recyclabilité, la qualité de l’air interne et externe, l’allègement des matériaux et réduction d’énergie, le développement de composites agro-sourcés, l’intégration de capteurs dans les structures.

Nous accompagnons les entreprises pour répondre à ces enjeux grâce à de nouveaux procédés & matériaux, en lien direct avec nos partenaires du secteur des transports et de la mobilité tels l’ARIA, Transalley.

Les matériaux au service du marché de la protection et du bien-être de la personne

Nous avons identifié dans le marché de la protection et du bien-être de la personne 5 segments prioritairement intéressés par les matériaux : la sécurité civile et l’armée, la protection (thermique, balistique, chimique…), la dentelle, les sports et loisirs, les usages au quotidien.

D’un côté, ce secteur se restructure et déplace ses outils de production ; de l’autre, on observe une hausse de la demande de production française et de fortes attentes pour les produits issus de l’upcycling* et pour les vêtements connectés.

* « L’upcycling consiste à utiliser des objets et des matériaux destinés à être jetés pour les réintroduire dans la chaîne de consommation, après leur avoir redonné une valeur, une utilisation différente, une destination originale par rapport à celle qui était originellement la leur. Cette action de recyclage s’insère dans une volonté plus large de développement durable. » • Glossaire e-marketing.fr

Les enjeux liés aux innovations des matériaux sont nombreux pour ce secteur :

  • Confort / régulation thermique
  • Résistance thermique ou mécanique aux conditions extrêmes
  • Matériaux biosourcés multifonctionnels
  • Substitution de composés à risque
  • Structures instrumentées à prix compétitif
  • Traçabilité / contrefaçon
  • Recyclage / upcycling à prix compétitif, éco-conception
  • Design / personnalisation
  • Technologies pour vêtements connectés

Exemples de projets en cours sur ces thématiques : AUTOTHERM², RETEX, SmartX.

Les matériaux au service du marché des arts de la table et des équipements de la maison

L’intérêt des consommateurs pour les arts de la table et les équipements de la maison est en hausse ces dernières années, avec une demande croissante de produits made in France (fabriqués en France).

Les segments prioritaires de ce marché sont les articles en verre ou en plastique, le linge de maison, le mobilier, les sièges et literie, la décoration.

Côté matériaux, ce marché est fortement contraint par la législation européenne et par les surveillances d’émissions de composés organiques volatiles (COV) et de gaz NOx (des gaz hautement réactifs contenant de l’azote et de l’oxygène), en lien avec la pollution de l’air intérieur et les suspicions de risques cancérigènes.

Nos pistes innovation pour les matériaux de ce secteur concernent notamment l’écoconception / le recyclage / les nouveaux matériaux organiques, la substitution métaux lourds, l’allégement et optimisation structurelle, la traçabilité et contrefaçon, l’impression 3D… afin de répondre aux enjeux suivants :

  • procédés de fusion alternatifs,
  • adaptation aux séries courtes time to market / customisation,
  • sécurité sanitaire des produits,
  • recyclabilité,
  • matériaux alternatifs.
retour en haut