MAT(T)ISSE : Bioresorption for reconstruction

Projet FWVL Mat(t)isse

Le projet MAT(T)ISSE conçoit une solution sans toxicité pour l’organisme de la patiente. Le projet a pour but de créer une nouvelle bioprothèse implantable de classe 3 qui aide l’organisme à restaurer les régions lésées suite à des interventions chirurgicales curatives. Cette restauration des tissus se fait grâce au prélèvement autologue de cellules graisseuses (tissus adipeux) réimplantées sur une structure textile de type dentelle synthétique et résorbable.

A terme, le support résorbable disparaitra et la patiente retrouvera la forme d’une poitrine grâce au développement de ses propres cellules.

Contexte

L’Europe fait partie des régions du monde les plus touchées par le cancer du sein : 1 femme sur 8 est concernée.

L’opération curative la plus répandue est la mastectomie, une opération lourde qui concerne 73% des patientes diagnostiquées. Aujourd’hui, seules 20% des femmes bénéficient d’une reconstruction mammaire. Il existe trois principales techniques :

  • Pose de prothèses mammaires en silicone
  • Transfer autologue de tissus vascularisés
  • Transfert autologue de tissus graisseux non vascularisés (lipofilling)

Ces techniques représentent de nombreux inconvénients. Par exemple, les prothèses en silicone ne sont pas dénuées de risques. Suite au scandale de 2010, la Belgique et la France ont recommandé le retrait de prothèses PIP.

Carte d'identité

Type de projet : Interreg FWVL

Date de début : 01 octobre 2017

Durée : 4 ans

Coût total : 3 093 067,71 €

Financement FEDER : 1 546 533,83 €

En savoir plus : matisse-project.eu

retour en haut