Le 20/04/20

Article mis à jour le 04/05/2020

La note d’information des directeurs généraux de la santé, du travail, des entreprises, des douanes et droits indirects en date du 29 mars 2019 et mise à jour le 26 avril 2020 portant sur les nouvelles catégories de masques réservés à des usages non sanitaires définit les spécifications attendues des masques “grand public” destinés à prévenir la diffusion de l’épidémie.

Depuis le lancement de l’initiative sur les masques “grand public”, la Direction Générale de l’Armement (DGA) a réalisé des tests de filtration et de perméabilité, permettant de d’évaluer de nombreux matériaux au regard de leurs propriétés filtrantes et respirantes.

Afin d’accélérer la mise en production des masques tout en assurant leur niveau de performance, il est possible pour les fabricants d’utiliser des matériaux complexes déjà testés par la DGA (même fabricant, même référence) et présentant des propriétés répondant aux exigences de la note interministérielle précitée, sans avoir besoin de réaliser de nouveaux tests.

Vous pouvez consulter la liste des fabricants français référencés par la Direction Générale des Entreprises (DGE), régulièrement mise à jour sur cette page.

Il est rappelé que la mise sur le marché de masques “grand public” ne fait pas l’objet d’une autorisation, ni d’une homologation. Les fabricants qui souhaitent commercialiser leurs masques en tant que masques à usage non sanitaire de catégorie 1 ou 2 doivent être en mesure de justifier le respect des spécifications attendues.

Assurez-vous bien de récupérer une copie complète du rapport des tests de caractérisation réalisés par la Direction Générale de l’Armement (DGA), au sujet des matériaux que vous allez acheter. Car vous devrez, vous aussi, fournir ce rapport aux clients de vos masques grands publics.

Nous vous invitons à lire les recommandations de mise sur le marché dans l’étape 3 de notre article “Les 3 étapes clés pour mobiliser son entreprise dans la réalisation de masques à usage non sanitaire”.

Les autres matériaux et complexes devront en revanche faire l’objet de nouveaux tests.

S’agissant du design du masque, qui doit permettre un ajustement sur le visage – avec une couverture du nez et du menton – à l’exclusion des coutures sagittales : l’IFTH et l’AFNOR ont publié des patrons de masques permettant d’atteindre l’objectif d’un bon ajustement sur le visage afin de limiter les fuites au bord du masque. Ces patrons peuvent être à adapter légèrement en fonction des caractéristiques des textiles (plus ou moins souples et plus ou moins élastiques), ce qui peut être fait par des observations du masque porté ou sur mannequin.


Parmi nos sources : Communication du 17 avril 2020 de la Cellule Masques de la Direction Générale des Entreprises (DGE)


Accédez à notre dossier : Comment faire face ensemble à la pandémie de coronavirus COVID-19 ?

retour en haut